Milieu d'évolution du Circaète

 
La zone d'observation se situe entre Bordeaux et la côte océane, dans un quadrilatère joignant à peu près les bourgades de Lamarque, Carcans-Plage et le Bassin d'Arcachon, soit une surface d'environ 2000 km2.
 

Ce territoire est recouvert d'un épandage de sables éoliens, support d'une forêt artificielle, presque uniforme, de Pin maritime (Pinus pinaster).

Forêt de pins, sur sables éoliens

cliquez sur la photo pour l'agrandir

En bordure ouest s'étend un long cordon de dunes littorales qui a provoqué,lors de sa progression, la formation d'une succession d'étangs et marais parallèles à la côte, par blocage des cours d'eau issus du plateau landais.
 

Si, à première vue, la pinède qui occupe ainsi une grande partie de l'espace paraît monotone, elle recèle pourtant une réelle diversité de milieux, engendrée par les différences de structure des boisements selon leur état d'entretien et les stades successifs de leur évolution.

Nous sommes en présence d'une mosaïque de landes plus ou moins temporaires, de futaies et jeunes semis au sous-bois plus ou moins dense selon la fréquence ou l'absence de débroussaillement, de coupes rases ainsi que d'un réseau irrégulier de pistes et de pare-feu ...
 
 
 
 
 

 
Notons également la présence de feuillus, et tout particulièrement du Chêne pédonculé (Quercus robur) en bosquets et le long de "crastes" (fossés de drainage) et ruisseaux, seuls petits cours d'eau, au débit souvent très temporaire, qui sillonnent la lande.

Petite lagune

cliquez sur la photo pour l'agrandir

Une autre essence commune, le Bouleau pubescent (Betula pubescens), ainsi que des buissons de Saule roux (Salix atrocinerea), caractérisent la présence de lande humide.
 

Des cortèges de plantes typiques des landes au sol acide croissent sur les espaces les plus dégagés. Parmi les plus communes on trouve la Molinie bleue (Molinia caerulea) qui domine dans la lande humide, puis la Brande (Erica scoparia), et divers autres types de bruyères sur les landes de type intermédiaire, avec la Fougère Aigle (Pteridium aquilinum) et l'Ajonc d'Europe (Ulex europaeus).
 

Grand pare-feu et gros ruisseau

cliquez sur la photo pour l'agrandir

Sur les zones les moins drainées, la région est parsemée de petites "lagunes" d'eau douce, isolées ou en groupes, parfois recreusées en réservoirs par les pompiers forestiers de la DFCI.

(DFCI: Défense Forestière Contres les Incendies).